Oïdium : traitement anti maladie

L’oïdium provoque des rabougrissements des rameaux qui peuvent présenter du mycélium durant l’hiver.

Sur poirier et pommier, les inflorescences sont atrophiées et les feuilles brunissent. Les fruits sont généralement faiblement atteints.

Sur abricotier, pêcher ou encore prunier, les feuillages attaqués se couvrent d’un feutrage blanc puis se crispent et finissent par se dessécher. Ils peuvent alors tomber au sol. Les fruits peuvent prendre un aspect blanc. En cas de fortes attaques, ils peuvent se craqueler et tomber au sol.

Oïdium des arbres à pépins

L’oïdium est peu nuisible aux pommiers et poiriers. Il peut apparaitre en fin d’été.

Sur pêcher, abricotier et prunier, la nuisibilité de la maladie est  variable selon le climat. En s‘attaquant aux feuilles et aux fruits, il diminue la récolte.

L’oïdium se conserve en hiver dans les bourgeons. Au printemps, le champignon commence à infester les jeunes pousses, notamment si la température avoisine les 20°c et si l’air est humide : ce sont les contaminations primaires. Elles produisent des conidies qui donnent naissance aux foyers secondaires. L’oïdium est présent jusqu’en automne.

L’oïdium se conserve en hiver dans les bourgeons. Au printemps, le champignon commence à infester les jeunes pousses, notamment si la température avoisine les 20°c et si l’air est humide : ce sont les contaminations primaires. Elles produisent des conidies qui donnent naissance aux foyers secondaires. L’oïdium est présent jusqu’en automne

Pour optimiser l’efficacité de vos fongicides, nous vous conseillons les adjuvants :