Tavelure : traitement anti maladie

La tavelure est la principale maladie du pommier mais elle peut aussi infecter d’autres arbres fruitiers tels que le poirier. Le champignon responsable de la tavelure du pommier est Venturia inaequalis. Celui qui provoque la tavelure du poirier est Ventura pirina.

La tavelure est favorisée par des conditions humides à partir du débourrement et des températures comprises entre 7 et 25°c. Selon les variétés, les pommiers présentent une sensibilité plus ou moins forte à la maladie. La plupart de celles qui sont cultivées aujourd’hui y sont sensibles.

La tavelure attaque les feuilles et les fruits. Les jeunes feuilles se couvrent de cloques et de taches brunes veloutées et se nécrosent. Les fruits sont parsemés de croûtes brun-noir, de crevasses et tombent.

Fruits touchés par la tavelure
Feuilles touchées par la tavelure

Cycle de développement

La période de contamination s’étend sur 8 ou 10 semaines qui suivent le débourrement. Le risque est particulièrement élevé au moment de la chute des pétales. Leur insertion forme une porte d’entrée pour le champignon. 

La tavelure provoque une réduction de la photosynthèse, une perte précoce des feuilles et une chute des fleurs ce qui a pour conséquence une perte de rendement. Les attaques sur fruits peuvent les rendre invendables.

Des mesures prophylactiques peuvent être mises en œuvre telles que ramasser et détruire les rameaux, les feuilles et les fruits malades tombés au sol ainsi que les fruits malades restés sur l’arbre afin de limiter les contaminations l’année suivante. Avoir recours à une taille qui laisse la végétation assez aérée est recommandée. La fertilisation azotée ne doit pas être trop élevée.

Il existe aussi des moyens de lutte chimique : plusieurs substances actives fongiques sont efficaces contre la tavelure du pommier. Toutefois, certaines souches de Venturia inaequalis sont résistantes à plusieurs familles chimiques ce qui rend ardu le contrôle de la maladie. La lutte chimique doit commencer lorsque la contamination par les ascospores du champignon démarre et que le stade sensible des arbres (stade C à C3) est atteint.

Pour optimiser l’efficacité de vos fongicides, nous vous conseillons les adjuvants :